Motion de l’association adhoc

À quoi servent les lettres et les arts ? Leur fonction doit être essentielle dans un pays rythmé chaque année par la rentrée et les prix littéraires, les Journées du patrimoine, le Printemps des poètes, la Fête de la musique ou les festivals d’Avignon, d’Aix et d’Angoulême. Leur place doit être cruciale dans une économie où la culture emploie deux pour cent des actifs et pèse deux pour cent du produit intérieur brut, soit trois à quatre fois plus que l’automobile ou l’aéronautique. Dans une société où art et littérature représentent à la fois un instrument de rayonnement et d’attractivité international, un creuset de la communauté linguistique et culturelle française ainsi qu’un outil d’émancipation individuelle, leur importance doit être primordiale.

Pourtant les quatre cent cinquante pages de rapport de préparation de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) visant à réorganiser le secteur de la recherche et de l’enseignement supérieur pour les années à venir consacrent seulement deux paragraphes et trois mentions aux Sciences Humaines et Sociales… sans jamais mentionner les Lettres et Arts, un domaine de recherche qui a pourtant vocation à former des professeur.es du primaire, les enseignant.es de langues, de français et d’arts du secondaire ainsi que les travailleur.euses et administrateur.rices de la culture.Déjà miné par la précarité, le manque de postes et des salaires dévalués, l’enseignement supérieur des Lettres et des Arts, tout comme celui des Sciences Humaines et Sociales, deviendrait dans ce contexte une zone à défendre.

Nous, doctorantes et doctorants du Centre d’Étude des Langues et Littératures Anciennes et Modernes de l’Université Rennes 2 (CELLAM) et membres de l’association de jeunes chercheur.ses Ad Hoc, dénonçons collectivement les projets de réformes en préparation concernant nos retraites, nos universités, le CAPES ainsi que l’assurance-chômage, et la vaste entreprise de casse du service public que le gouvernement poursuit à travers elles. Nous exprimons, de concert avec les autres membres de notre unité d’accueil (cf. motion du CELLAM ci-joint votée collectivement le 13 février), notre très vive inquiétude concernant la dévalorisation et la précarisation grandissantes des métiers auxquels nous nous destinons, ainsi que le sous-financement chronique des universités.

En tant qu’association de non-titulaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, souvent précaires ou majoritairement appelé.es à l’être un jour prochain, nous voulons dire notre colère face aux perspectives d’avenir proposées par le Ministère de Frédérique Vidal, ainsi que par la mise en place d’un système de retraites par points. La systématisation des recrutements sur CDD ou CDI « de chantier », le remplacement des postes de Maîtres de Conférence par des tenure tracks temporaires, l’augmentation en vue du recours aux enseignants vacataires et précaires, la substitution de toute revalorisation des traitements par un système de primes non pérennes délivrées à la discrétion des présidents d’Université favorisent une mise en concurrence largement accrue des enseignant.es-chercheur.ses.

Contre la généralisation de l’évaluation et de la compétition « darwinienne » (pour reprendre les propos d’Antoine Petit, « PDG » du CNRS) dans la recherche française, contre l’augmentation de la précarisation et de la pression qui pèsent sur les personnels de notre institution, nous affirmons notre très fort attachement à la liberté académique et à la diversité de nos sujets de recherche, et réclamons, pour les défendre véritablement, une augmentation des emplois stables et des revalorisations salariales, ainsi qu’une prise en considération réelle des spécificités de la recherche en Lettres et Sciences Humaines, irréductibles à l’organisation des Sciences Exactes et Expérimentales.

Dans un État social, une recherche et un enseignement supérieur au service des citoyens qui le financent par leur travail et leurs contributions est possible, même en Lettres et Arts.

En signe de protestation, nous avons voté à l’unanimité en assemblée générale jeudi 13 février 2020 :

  • la mise en grève de notre revue Ad Hoc, à l’heure où devrait paraître le n°8 « Le Fantôme ». Nous rejoignons ainsi le collectif de plus de 130 revues de LSH mobilisées à ce jour contre ces réformes délétères (https://twitter.com/RevuesEnLutte).
  • l’arrêt de nos activités le 5 mars (« L’université et la recherche s’arrêtent ») et la participation active aux actions de mobilisation organisées à Rennes
  • l’envoi d’au moins deux de nos représentant.es à la 2e Coordination nationale des Facs et Labos en luttequi aura lieu en région parisienne les 6 et 7 mars prochains.
  • la participation à la « semaine ouverte »prévue à Rennes 2 entre le 23 mars et le 27 mars

Enfin, nous vous invitons à lire les publications suivantes : 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.