Lettre d’Ad Hoc à l’Hcéres

Texte co-écrit par un groupe de membres actifs volontaires de l’association, puis lu à plusieurs voix lors du huis-clos réservé aux doctorant·es et post-doctorant·es dans le cadre de la visite d’évaluation HCERES du Cellam le mardi 10 mai 2021 à 13h30, sur Zoom.

Mesdames et messieurs les membres de la commission d’évaluation HCERES, chèr·es collègues,

Au cours de cette prise de parole accordée aux doctorantes et doctorants du Cellam, nous souhaitons exprimer nos convictions actuelles, à la suite d’une concertation commune au sein de l’association Ad hoc.

Notre présence ici est plus ou moins forcée. Plutôt plus que moins. Comme vous le savez, tout le Cellam, nous compris, avait décidé il y a quelques mois de retenir le dossier HCERES, en opposition à la LPR. En opposition aux logiques délétères et contre-productives de précarisation à l’université mais aussi d’évaluation bureaucratique des différentes composantes de l’enseignement supérieur, ou encore de mise en compétition tout aussi contre-productive entre tous les chercheurs et chercheuses. 

Et ce au service d’un primat du temps court sur le temps long de la recherche, de la quantité sur la qualité, qui ne peuvent qu’induire une compétition malsaine entre chercheurs et nuire à la qualité du travail de recherche et d’enseignement, et par conséquent à la formation des étudiantes et étudiants. On sait combien le risque de voir paraître des travaux médiocres, ou pire, plagiés ou autoplagiés, est grand, lorsque règne l’injonction productiviste. Ceci est aux antipodes de notre conception de la recherche. La systématisation des recrutements sur CDD ou CDI « de chantier », le remplacement des postes de Maîtres de Conférences par des tenure tracks, l’augmentation en vue du recours aux enseignants vacataires et précaires, la substitution de toute revalorisation des traitements par un système de primes non pérennes délivrées à la discrétion des présidents d’université, rien de tout cela ne nous semble porteur, ni pour les étudiantes et étudiants des cohortes actuelles et à venir, ni à nous, doctorantes et doctorants, souvent précaires ou majoritairement appelé·es à l’être prochainement. 

Or l’HCERES a soumis le Cellam et ses membres à un chantage. Alors que nous découvrions progressivement, toujours dans un contexte de réductions des dotations pérennes, qu’un nombre grandissant de demandes de financements seraient désormais soumises à l’obtention d’une (bonne) évaluation HCERES, nous n’avons pas eu d’autres choix que de revenir collectivement sur notre décision de retenir le dossier que nous vous présentons aujourd’hui. Pour éviter de voir notre outil de travail, déjà sous-financé, encore plus fragilisé, nous avons donc choisi de venir parler du laboratoire de recherche qui nous accueille et de le défendre, car c’est une chance et une fierté de commencer notre carrière universitaire dans un tel cadre.

Car le Cellam soutient activement les initiatives doctorantes et nous offre un véritable espace de parole, notamment grâce aux échanges réguliers entre la direction du département et nos représentant·es, mais aussi, plus largement, en soumettant au vote les grandes décisions concernant la vie du laboratoire. Sur le plan scientifique, cette équipe favorise le dialogue et la collaboration entre doctorant·es et titulaires. Elle créé des synergies avec les différentes instances de l’université et notamment l’école doctorale pour proposer des séminaires. Enfin, comme vous avez pu le constater dans le bilan et au cours de la session plénière ce matin, elle développe des activités scientifiques communes aux membres permanents et aux jeunes chercheurs, comme le workshop Bohèmes ou le festival Transversales. En somme, les doctorants et doctorantes du Cellam peuvent véritablement s’investir dans la vie d’un laboratoire qui les respecte et les valorise, qui les aide à mener leurs projets à bien, et dont ils et elles peuvent être pleinement solidaires. Nous vous remercions pour votre attention.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.