Introduction : La frontière, aux confins des arts

« Build a wall ! »

Le slogan scandé par Donald Trump lors de la dernière campagne présidentielle aux États-Unis traduit bien l’idée que la frontière n’est pas un objet désuet et une ligne effacée de nos territoires contemporains. En Europe, la renaissance des barbelés aurait été considérée, il y a encore quelque temps, comme incongrue et inconcevable dans un monde aujourd’hui fondé sur les notions de flux, de circulations et d’échanges, un monde sans frontières, donc. En dépit des injonctions à abattre tous les murs, la frontière reste une « obsession »1 des temps contemporains. L’actualité la plus immédiate de la frontière semble exprimer son ambivalence profonde et intrinsèque, dirons-nous, entre les deux pôles de l’ouverture et de la fermeture, à la croisée de deux interprétations contraires : la porte ou le mur.

Pourtant, ce numéro 5 de la revue Adhoc ne choisit pas de traiter de cette forme-là d’actualité et propose, pour aborder cette thématique lourde et complexe, un détour par la littérature et les arts qui ne saurait être compris comme un contournement. Les arts permettent cet écart, ce pas de côté nécessaire pour penser la frontière et ses manifestations les plus diverses, que ce soit par le biais de représentations artistiques ou bien dans les enjeux et questionnements poétiques posés par la notion elle-même. Dans l’appel que nous avions publié, nous avancions en effet l’idée que la frontière pourrait être une « figure fertile »2, selon l’expression de Laurent Grison, irriguant la création en modifiant parfois le paysage des écritures et des scènes contemporaines. Si la frontière nourrit des esthétiques, on peut aussi se demander dans quelle mesure ces nouvelles formes artistiques peuvent modifier en retour nos représentations de la frontière.

Cristallisant le rapport à l’altérité, la frontière est avant tout une notion géographique et géopolitique qui, dans son acception linéaire, détermine au départ les contours d’un territoire sur lequel s’exerce un pouvoir national. En voici la définition traditionnelle : « Limite du territoire d’un État et de sa compétence territoriale » (Roger Brunet, Robert Féras et Hervé Théry, Les Mots de la géographie : dictionnaire critique, 1992). Elle s’inscrit alors dans un processus de territorialisation : toute construction et mise en place d’un territoire induit nécessairement la constitution de frontières qui en sont le terme, au double sens de fin et de dénomination. Rappelons en effet que la frontière renvoie à une activité humaine archaïque et fondamentale, celle du bornage et de la délimitation d’un espace propre3.

Cependant, dans le contexte d’une mondialisation de plus en plus évidente, alors que se multiplient les flux transfrontaliers et qu’émergent des aires d’organisations supranationales, cette définition première de la frontière semble insatisfaisante puisque ne reflétant pas la complexité et l’entrelacement des espaces de la postmodernité. Sont alors préférées les notions d’interface, de réseau, dans lesquelles la ligne disparaît au profit de la zone, plus large et plus diffuse. Cette acception contemporaine semble presque renouer avec une représentation plus ancienne : un des deux termes anglais s’appliquant à la frontière, border, désigne historiquement les « marches » médiévales. Le terme français lui-même est ambigu, car il comprend les concepts de linéarité et de zonalité. La frontière qualifie jusqu’à la ligne de front, dynamique et non statique : the Frontier, dans la mythologie étatsunienne, matérialise l’avancée pionnière de la civilisation sur la sauvagerie. Claude Raffestin évoque dans son article « Éléments pour une théorie de la frontière » combien la notion de frontière recouvre un sémantisme et un symbolisme pluriels :

« La notion de frontière n’est pas univoque puisque, d’une manière très générale, elle peut se définir en termes de zonalité ou de linéarité, de zone frontière ou de ligne frontière, de frontier ou de boundary l’anglais a effectivement conservé la distinction alors que le français hésite entre « marche » et « frange pionnière » pour exprimer frontier.

Pour la géographie humaine, de toute évidence, la « marche», dont la connotation politique est ancienne, ou la frange pionnière qui connote un dynamisme non encore épuisé, se définissent plutôt par des forces centrifuges alors que la frontière manifeste davantage des forces centripètes. […] La marche ou frange pionnière est caractéristique de relations sociopolitiques peut-être rudimentaires, en tout cas inachevées puisqu’elles continuent à intégrer des territoires, par oscillations ou fluctuations successives. La frontière est, en revanche, le signe de sociétés ayant atteint un degré de maturité politique et juridique déjà élevé. La frontière est contrôlée depuis un centre et obéit au droit positif. »4

Ainsi, la frontière même géographique obéit à une forme de symbolisation de l’espace. Au-delà de son acception géopolitique, elle métaphorise tour à tour le lien et la séparation, le même et l’autre, la loi et la transgression. Véritable interface, elle est bien une zone de confins, à la fois lieu de la séparation et point de contact. Loin d’avoir la fixité d’un mur établi pour toujours à un endroit donné, la frontière se présente comme une notion labile et d’une grande fécondité artistique.

C’est dans cette perspective qu’il faut envisager ce numéro 5 de la revue Adhoc consacré à la frontière ; nous avons en effet voulu autant que possible rendre compte de la diversité artistique et disciplinaire des approches possibles de la notion. C’est cette pluralité et cette possibilité de croiser les disciplines qu’expriment le terme de « confins » et les contributions à ce numéro.

 

Exil, voyage, marginalité ; histoire linguistique, politique, sociale…: la littérature européenne entretient avec la notion de frontière un rapport aussi pluriel que fécond, comme en témoignent dans leurs approches diverses les cinq premières contributions.

C’est l’étymologie qui sert de point de départ aux réflexions de Nikol Dziub, dans son article « Ligne de vie ou tracé de mort. La frontière dans la littérature ukrainienne », à propos de la représentation de la frontière dans la littérature ukrainienne. En effet, si en russe, le mot « Ukraine » signifie « périphérie », faisant de ce pays une vaste zone de marches, il n’en est pas de même en Ukraine où le terme renvoie aux notions de terre et de patrie. S’opposent alors deux conceptions différentes de la frontière, comme clôture (la granitsa russe) et comme cordon (kordon), lien, pour l’Ukraine. C’est dans cette ambivalence que Nikol Dziub se propose d’étudier la construction d’un « imaginaire de la frontière » chez quatre écrivains ukrainiens : Mykhailo Kotsiubynskiy (Au prix fort, 1901), Volodymyr Vynnytchenko (L’Instant, 1902), Ivan Bagrianyi (Les Chasseurs de tigres, 1946) et Vassil Shklar (Celui qui demeure, ou Le Corbeau noir, 2009), textes qui verront la construction de « plusieurs figures de la frontière : le cordon ; la clôture ; l’entre-deux ; la serrure ; la ligne de front. » La frontière est bien cet entre-deux,à la fois mortel (coupure entre les êtres et les peuples) et vital (porteur de promesses et d’élan vers l’autre).

Dans son article « Aux frontières de la ville. Nouvelles zones criminelles chez Emile Gaboriau », Virginie Fernandez travaille aussi sur la frontière comme espace symbolique. Écrivain populaire, Émile Gaboriau a fait de Paris le lieu et le décor de ses romans policiers. Dans la deuxième partie du 19ème siècle, la capitale grandit et se métamorphose : le paysage urbain se trouve ainsi bouleversé, dans une géographie devenue problématique. En effet, les anciens contours de la ville disparaissent, et certaines limites semblent devenir caduques alors même que la bourgeoisie éprouve de la crainte pour ces nouvelles marges urbaines. C’est précisément cette zone, « entre les boulevards extérieurs et les fortifications de Thiers, dans une zone floue non définie entre ville et campagne », qu’Émile Gaboriau choisit comme décor de ses romans policiers, « espace du crime », espace de l’entre-deux et des troubles entre légalité et marginalité.

Si elles ne sont pas le sujet de la majeure partie des Voyages extraordinaires, les frontières géographiques ne peuvent être absentes de l’œuvre de Jules Verne, mue par la volonté de parcourir la terre, les mers et les airs, à défaut de pouvoir comme Balzac ou Zola explorer l’univers social : pour ne pas prêter le flanc aux reproches d’immoralité de l’institution littéraire, le « roman-monde », chez Jules Verne, sera géographique. Cependant, l’auteur échoue à substituer le modèle du « roman géographique » à celui du roman historique qui a dominé la première moitié du XIXème siècle. L’article de Marie-Françoise Melmoux-Montaubin « Les voyages extraordinaires de Jules Verne. Le roman-monde et ses frontières » déploie en quelques points le contexte et les perspectives de cette orientation romanesque : l’émergence de la géographie comme discipline à part entière, avec son entrée au programme des écoles primaires en 1867 ; l’élaboration de la notion de frontière « historique », corollaire de la mise en doute de celle de frontière « naturelle » avec les travaux d’Élisée Reclus. Poser la question de la frontière mène à mettre en avant les figures du touriste et de l’exilé : alternative entre approche pittoresque et approche politique de l’objet. Si Kéraban-le-Têtu (1883) joue sur cette dimension exotique du voyage, Le Chemin de France (1887) et Un Drame en Livonie (1904) appuient en revanche le caractère dramatique du passage interdit de la frontière : en contexte de guerre, cette dernière est liée aux problématiques patriotiques ou nationalistes. Une double valeur de la frontière, prétexte au voyage ou signe d’un attachement national, transparaît ainsi dans l’œuvre de Verne.

Selon un perspective croisant sociocritique, analyse rhétorique du discours et stylistique, l’article de Thomas Franck, « L’onirique horizon contre l’identité nationale. Approche politique et lecture phénoménologique de l’oeuvre leclézienne » étudie en quoi l’œuvre leclézienne développe une poétique de l’exil et de la mémoire déterminant un rapport particulier aux frontières territoriales, dans une prise en compte du contexte de rédaction postcolonial et du rapport entre l’émigration et la mémoire collective. En actualisant les travaux de Maurice Halbwachs, T. Franck analyse la manière dont les textes lecléziens mettent en forme la question de la difficile construction identitaire d’individus séparés de la communauté dont ils sont issus.

La frontière peut aussi exprimer les dimensions complexes de l’identité. Dans son article, « Des frontières autres. Folie et hétérotopologie dans Le Lagon et autres nouvelles, de Janet Frame », Diane Gagneret étudie la façon dont les thématiques de la folie, de l’internement et de la marginalité amènent Janet Frame à repenser les frontières de l’espace social et de l’identité. Les nouvelles consacrées au milieu asilaire soulignent tout particulièrement que la folie, parangon d’une altérité radicale, est traditionnellement confinée à un espace autre. Le prisme de l’« hétérotopologie » permet ici d’étudier les divers mécanismes de contestation à l’œuvre dans les nouvelles. L’imperméabilité de la frontière qui sépare l’asile du reste du monde, l’intériorisation par les patientes des frontières que l’institution leur impose, n’empêchent en rien qu’au sein de cet « espace autre », qui est aussi l’espace intérieur, imaginaire, Frame pousse son lecteur à repenser les frontières existantes.

De même que la littérature, le cinéma se révèle être medium privilégié pour exprimer la pluralité symbolique de la frontière.

Ainsi Macha Ovtchinnikova, dans son article « Figure frontalière dans le cinéma russe. Passeurs et créaterus de frontières spatiale et temporelle, visuelle et virtuelle », s’intéresse au cinéma russe d’Andreï Tarkovski (Stalker, 1979) et d’Andreï Zvyaguintsev (Elena, 2011). Elle y interroge les multiples formes de la frontière, figure féconde et problématique dans un pays aux dimensions démesurées : frontière spatiale intra-diégétique séparant des espaces jumeaux mais irréconciliables (centre de Moscou et périphérie modeste dans Elena), ou encore imperméables l’un à l’autre (espace sauvage de la Zone opposé à la ville dans Stalker) ; frontière visuelle redoublant ou recréant esthétiquement les fractures de l’espace par les moyens propres au cinéma (plans fixes, champ-contrechamp, musique répétitive, alternance de la couleur et du noir et blanc) ; frontière virtuelle enfin, tracée par le corps même de l’acteur et par son visage, qui laisse transparaître et retient à la fois une vie intérieure inaccessible. Sur le visage de l’héroïne d’Elena se superposent l’image du voyage et celle de la permanence, le rendant porteur d’un temps qui n’est plus linéaire, mais s’enroule sur lui-même.

C’est à partir d’un texte de François Bon qui évoque « la liste de [ses] frontières » qu’Alisson Cheng entend, avec « Territoires, frontières et identités à l’ère de la mondialisation. Un exemple de F. Bon, G. Amelio et Jia Zhangke », dans une perspective interdisciplinaire, étudier trois œuvres : Daewoo de F. Bon, le film L’Étoile imaginaire de Gianni Amelio (adapté du livre Le Démantèlement d’Ermanno Rea), ou encore les films Still life et The World de Jia Zhang-ke. Si ces trois œuvres n’appartiennent ni au même genre ni à la même aire géographique, elles partagent toutefois la même préoccupation centrale : la place problématique de l’individu dans un monde de flux mondialisés et de circulation des êtres et des choses. Les lieux sont alors transformés en non-lieux, selon la terminologie chère à Marc Augé, dans lesquels les frontières ont tendance à disparaître et se dématérialiser. Quelle est alors la place de l’individu dans ce nouveau monde et quels rapports avec l’Autre, proche et lointain à la fois ? Autant de questions qu’Alisson Cheng se propose d’envisager dans son étude, la frontière s’éloignant du concept de « non-lieu » pour devenir un véritable entre-deux, zone de transition et « lieu de brassage » qui permet l’émergence d’un lien neuf entre les individus.

 

Enfin, les deux dernières contributions s’intéressent à la frontière d’un point de vue plus largement artistique.

À partir de l’analyse de performances auxquelles l’auteure, Nathalie Gagnon a participé, l’article « Altérité et distance en art action » s’intéresse à l’interpellation de l’audience au cours d’une situation performative, et à l’espace à franchir sur le plan physique et émotionnel pour entrer en contact avec l’autre. Pour donner forme à une situation performative, l’inclusion de l’audience s’avère cruciale à l’enchaînement des actions, des transitions et de l’atmosphère du moment partagé. Dans les œuvres d’art action étudiées, le parcours s’effectue dans le temps avec l’objectif de vaincre une distance nous séparant de l’autre. Pour désamorcer une tension menant à l’angoisse générée par une situation étrange, les concepts d’écart et d’entre proposées par le sinologue François Jullien offrent une perspective ouverte et réflexive sur l’altérité.

Enfin, par le biais d’un exemple concret (la Fondation La Borie-en-Limousin qui s’impose depuis 2014 comme « lieu de création pour la musique et les arts du son »), Émilie Bouillaguet, dans « La production de l’altérité dans l’organisation. Approche d’une entreprise artistique et culturelle en développement » se propose d’étudier les interactions entre les politiques culturelles développées par l’État (centralisateur et régalien) et un lieu pluri-artistique dans un processus de territorialisation et de construction d’une identité propre. Si la fondation se construit dans un mouvement de territorialisation visant à définir une identité artistique (implantation, pérennisation, liens avec le terrain et le public), celle-ci semble se définir avant tout dans un dialogue avec ses propres frontières, ces « zones de traduction » et d’interaction qui enrichissent tout processus culturel et artistique. Il s’agira ainsi de penser une possible « modélisation du lieu culturel », saisie dans une dialectique heureuse entre ses propres frontières et l’accueil de l’altérité.

Nous avons le plaisir, en guise de conclusion, de vous communiquer la thématique du prochain numéro de notre revue : « L’original absent », qui donnera lieu à une journée d’étude le 2 juin 2017. Vous pouvez en trouver l’appel à communication en ligne.

Geneviève Dragon

Doctorante – Cellam – Université Rennes 2

 

  1. Michel Foucher, L’Obsession des frontières, Paris, Tempus-Perrin, collection « Tempus », 2012. []
  2. Laurent Grison, Figures fertiles : Essai sur les figures géographiques dans l’art occidental, Arles, Éditions Jacqueline Chambon, collection « Rayon Art », 2002. []
  3. On peut se référer à Michel de Certeau, dans son chapitre « Récits d’espace », dans L’Invention du quotidien, Tome 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, « Folio Essais »,1990, p. 170-191. []
  4. Claude Raffestin, « Éléments pour une théorie de la frontière ». Diogène, 1986, vol. 34, no. 134, p. 3-21. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search