Tous les articles par adhoc

Trousse de secours des doctorants

Trousse de secours des doctorant.e.x.s

Les étapes de l’inscription administrative en doctorat à l’Université Rennes 2

Vous avez obtenu l’accord d’un.e direct.eur.rice de thèse pour qu’il dirige vos travaux et vous devez désormais procéder à votre inscription administrative à l’université ? Cette petite feuille de route a vocation, le mieux possible, à vous y préparer et à vous permettre de ne louper aucune étape dans ce processus d’inscription parfois un peu laborieux !

1)Formalités préalables et régularisation de sa situation personnelle

Si vous êtes encore étudiant.e en master et que vous envisagez de vous inscrire en thèse dès l’année prochaine, il n’y a pas de difficulté particulière à relever et il vous suffit, généralement, d’attendre l’ouverture des inscriptions administratives à Rennes 2. Pour les doctorant.e.x.s du CELLAM, la primo-inscription se fait par dossier papier, selon la procédure suivante :

  • Demander le dossier d’admission auprès de la gestionnaire du site Rennes 2, Mme Valérie Marie-Cohier (marie-cohier@univ-rennes2.fr), tout en demandant en copie à votre direct.eur.rice de thèse de confirmer son accord de vous suivre pour votre travail. Ce dossier peut être retiré dès le 7 juin 2022 et doit être remis au plus tard le 18 septembre 2022, pour examen par la commission des thèses de l’école doctorale Arts, Lettres, Langues, dont le périmètre est désormais bi-site. La commission aura lieu le 7 octobre 2022. Ce dossier devra être signé par vos directeurs de thèse et généralement par le/la direct.eur.rice du laboratoire auquel vous serez rattaché.e. Si vous êtes doctorant·e contractuel·le, en plus de l’inscription à l’ED, il vous faut prendre contact avec Mme Annick Noël (annick.noel@univ-rennes2.fr) du service des Ressources Humaines qui vous enverra un dossier nécessaire à l’établissement de votre contrat.

 

  • Pensez, pour ce faire, à bien mettre de côté toutes les pièces justificatives qui vous seront demandées : diplômes, relevés de notes universitaires, rapports de soutenance de mémoire de Master, CV et pièces d’identité. Selon le RI de l’école doctorale, le dossier d’admission comportera :

– un projet de thèse sur 6-8 pages bibliographie comprise (objet, problème, méthode, esquisse de plan, corpus, sélection bibliographique),

– l’avis motivé du directeur de thèse (en accord avec l’éventuel co-directeur),

– l’avis motivé du directeur de laboratoire

– le CV du candidat,

– le résumé et la note du mémoire de master 2 (celle-ci doit être égale ou supérieure à 14 sur 20),

– un calendrier prévisionnel de la recherche disant la nécessité, ou pas, d’une mobilité sortante et d’un lien avec l’international

– la composition de votre CSI (comité de suivi individualisé de thèse), composé d’un membre correspondant de l’université Rennes 2 et d’un membre extérieur. C’est le doctorant qui effectue ce choix.

 

  • L’école doctorale vous demandera de compléter une convention de formation ainsi que la signature d’une charte du doctorat. Ce document comportera les mentions des diverses activités disciplinaires et transversales que vous vous engagerez à suivre au sein de vos deux universités (séminaires, écoles doctorales, formations disciplinaires et extra-disciplinaires, etc). L’école doctorale ALL impose aux candidat.e.x.s de suivre 100h de formation, dont une à l’éthique de la recherche sur la durée totale de leur thèse, suivant la répartition de 40h de formations transversales (proposées par le collège des docteurs) et 60h de formations disciplinaires (proposées par l’ED ou les unités de recherche sur lesquelles elle s’adosse. Ces temps de formation peuvent être réduits dans le cadre d’une activité salariée ou d’une inscription en co-tutelle, notamment si vous suivez des formations extérieures qui peuvent éventuellement bénéficier d’équivalences. Consultez, pour plus de précision, l’article 12 et l’annexe 2 du règlement intérieur de l’ED ALL Bretagne-Loire.

 

  • Pour les candidat.e.x.s détenteurs d’un concours d’enseignement de l’éducation nationale, pensez bien à demander une disponibilité pour études doctorales, même si vous êtes astreints à subir des mouvements de mutation. Dès mars, lorsque vous avez connaissance de votre académie d’affectation, à l’issue du mouvement interacadémique et même avant de saisir des vœux d’affectation intra-académique, prenez contact avec la division des personnels enseignants (*DPE, il y en a une dans chaque académie et leur organigramme est souvent disponible sur le site internet des rectorats) dont vous dépendez et renseignez-vous sur les délais dans lesquels vous pourrez soumettre une demande. Si on ne vous répond pas, insistez ! En cas de refus, un recours est toujours possible, d’autant plus si vous obtenez par la suite un contrat doctoral (cf. Les financements doctoraux).

2) Règlement des frais d’inscription universitaire

Une fois votre candidature acceptée, vous devez procéder au règlement des frais d’inscription, qui comprennent la CVEC et le montant des frais de scolarité d’une année universitaire.

  • La CVEC se règle en ligne, sur le site du CROUS
  • Le montant des frais de scolarité pour l’année universitaire se règle directement auprès de l’université. N’hésitez pas à contacter, dans ce cas, le gestionnaire des doctorants pour connaître le montant et la manière de vous acquitter de ces frais.
  • Pour les étudiant.e.x.s bénéficiant d’un contrat doctoral, vous êtes exemptés de ces frais en tant qu’employés de l’université.
  • (!) Pour les étudiant.e.x.s inscrit.e.s en cotutelle, il faut prendre garde à ne pas payer deux inscriptions et ne pas hésiter à prévenir l’une ou l’autre de vos universités afin d’être exemptés des frais dans l’une d’elles. La procédure est parfois un peu chronophage, mais on y parvient ! Il est possible que les deux universités réclament au moins un paiement chacune au cours de la thèse. Un « plan d’acquittement » des frais pourra être précisément spécifié dans la convention de cotutelle : quelle université recevra un règlement, et quelle année. Il y a parfois, dans certaines universités, des taxes dont on ne peut être exempté, renseignez-vous donc sur le fonctionnement de vos deux établissements.

3) Formalités complémentaires

Une fois l’inscription administrative effectuée, il vous restera à vous préoccuper de la mise en place de votre cotutelle, qui sera effective par une convention. Ce document s’établit dans des modalités variées, selon les universités, mais au maximum dans les 18 premiers mois de la thèse, selon le règlement de Rennes 2. Prenez rapidement contact avec le service des cotutelles de vos différents établissements pour savoir comment cela fonctionne : est-ce à vous de la rédiger et selon quel modèle, qui doit recueillir les signatures, quel service universitaire est en charge de sa ratification, y a-t-il un des deux établissements qui contacte l’autre, etc.

Pour les doctorant.e.x.s du CELLAM, c’est Mme Joëlle Bisson qui en a la charge : (joelle.bisson@univ-rennes2.fr).  

 

La thèse : remaniements et changements en cours de route

Lors de la journée des doctorant·es 2021, Joëlle Bisson est gentiment intervenue pour nous donner quelques précisions administratives fort utiles aux doctorant·es actuels et futurs, que nous récapitulons ici.

  • Peut-on changer de sujet de thèse ?

On peut faire des petits changements mais on ne peut pas tout changer… le fond devrait rester le même (en théorie). Le cas s’est déjà présenté néanmoins : une doctorante a soutenu une thèse totalement différente du sujet annoncé. Dans les faits, elle a tout de même obtenu le grade de docteur, mais cela a créé des tensions avec l’ED, et son directeur a été mis en cause.

Si on doit modifier des informations dans notre profil sur thèses.fr, il faut se demander de l’aide à Madame Valerie Marie-Cohier qui est la référente pour Rennes 2.

  • Combien des directeurs on peut avoir au maximum ?

Un directeur principal, un co-directeur dans le monde académique et un troisième co-directeur en dehors du monde académique

  • Peut-on changer de directeur ou de co-directeur?

Oui, on peut changer le directeur/co-directeur mais il s’agit d’un processus très délicat pour lequel l’ED entre en jeu.

  • Cotutelle

Avant de décider il faut bien peser le pour et les contre

On peut avoir 1 ou 2 co-directeurs dans la deuxième université d’inscription (en fonction des règles de l’école doctorale locale)

On doit souscrire le contrat de cotutelle dans les 18 premiers mois de doctorat

On peut résilier le contrat : il suffit de ne pas se réinscrire dans la deuxième université, mais dans les faits cela est délicat sur le plan relationnel

  • Le Comité de Suivi Individuel de Thèse est généralement composé par 2 membres, mais il peut y en avoir aussi 3 : un membre de l’université de Rennes 2, le deuxième choisi en dehors de l’ED Bretagne-Loire

On peut solliciter le CSI pour un rendez-vous pour n’importe quelle raison et à n’importe quel moment pendant les années de thèse

Les membres sont choisis par le directeur et le/la doctorant·e (ils ne peuvent pas être imposés)

Il n’est pas nécessaire de voir les deux membres du CSI en même temps ni en présentiel ; on peut les voir lors de deux rendez-vous séparés, ou simplement organiser un entretien téléphonique/par Zoom. Lors de l’entretien annuel minimal, il doit y avoir un temps d’échange entre le/la doctorant·e et les membres du CSI en l’absence du directeur ou de la directrice de thèse.

Les membres du CSI peuvent faire partie du jury de soutenance, et un des deux peut éventuellement être rapporteur, mais pas les deux, et en règle générale, mieux vaut éviter.

Les règles de composition du jury de thèse, très strictes, sont détaillées dans le règlement intérieur de l’ED (disponible à ce lien : https://ed-all.doctorat-bretagneloire.fr/fr/3_documents-de-reference)

  • Soutenance :

Pour soutenir à partir du mois de décembre et pour ne pas payer les frais d’inscription, il faut envoyer la thèse avant le 15 octobre

  • Rapporteurs : 2 enseignants HDR en dehors de l’ED, choisi par le.s directeur.s, qui doivent lire la thèse et donner leur avis afin d’approuver ou pas la soutenance

Si les 2 avis sont positifs, la soutenance peut être organisée

S’il y a un avis positif et l’autre négatif, un processus se déclenche au niveau de l’ED, qui, si les tentatives de conciliation échouent, demandent une troisième évaluation

Si les 2 avis sont négatifs la soutenance est reportée d’un an pour donner le temps au doctorant d’y travailler encore et mieux (dans les faits, cela est assez rare)

Les 2 rapporteurs doivent être extérieurs au collège doctoral (non seulement à l’ED) et peuvent faire partie du jury de soutenance.

  • Quelles possibilité pour se réinscrire en thèse ?

On peut se réinscrire en thèse sans trop de problème au niveau de l’ED jusqu’en sixième année. Au-delà, les réinscriptions sont possibles mais doivent être dûment justifiées (problèmes médicaux, personnels…)

  • … Et après la soutenance ?

Le président du jury édite un rapport de soutenance reprenant les appréciations des différents membres du jury et les débats. Ce rapport de soutenance nous suivra toute notre carrière.

“On n’y voit rien !” L’obscurité dans les arts et la littérature

Appel à communication
24 février 2022, Université Rennes 2

L’événement se tiendra à Rennes, le 24 février 2022. Les communications, de 15 à 20 minutes (en fonction du nombre de propositions retenues), devront être inédites et en français.

Les propositions de communication (titre et résumé de 250 mots, avec une courte bio-bibliographie mentionnant l’établissement de rattachement, le(s) sujet(s) de recherche et les publications, s’il y a lieu) devront être envoyées avant le 6 janvier 2022 à l’adresse suivante : asso.adhoc@gmail.com. Merci d’indiquer en objet : JE 2022, Nom, Prénom, Titre de la proposition.

Comité organisateur :

Marion Bally

Rose Delestre

Marius Muller

Subversion : une pensée de la répétition critique

Voici le programme de la journée d’étude “Subversion” qui a eu lieu le 9 décembre 2020 à distance. Originellement prévue le 9 mars 2020, elle a dû être décalée pour les raisons sanitaires que nous connaissons.

L’appel à communication est disponible ici.

Organisation :

Laurence Perron
Zelda Chesneau
Marius Muller
Adrien Ordonneau
Marianne Di Benedetto

JOURNÉE DES DOCTORANT·E·S·X 2021 – APPEL À COMMUNICATION

Chèr·e·s·x collègues doctorant·e·s·x,


Ad Hoc, association des jeunes chercheuses et chercheurs du CELLAM, a le plaisir de vous informer que la Journée des Doctorant·e·s·x (JDD) aura lieu le mardi 30 novembre 2021 à l’université Rennes 2 (salle à définir).

Cet événement, auquel vous êtes toutes et tous conviés, est un moment privilégié de partage offrant aux doctorants et aux jeunes docteurs la possibilité d’exposer leurs travaux.

Les communications, d’une durée d’une vingtaine de minutes, auront pour but d’exposer l’état d’avancement de vos recherches : les problématiques liées à votre sujet, l’établissement du corpus et de la bibliographie, les enjeux que votre projet de thèse présente et les défis constatés. Vous pourrez également opter pour la présentation d’un point précis de votre thèse.

Cette journée a pour vocation de donner lieu à un échange fructueux, à partir de vos exposés ; à cet effet, la présence de votre directeur·trice de recherche, ainsi que de vos collègues doctorant·e·s·x sera souhaitable.

Les propositions de communication sont à faire parvenir avant le vendredi 15 octobre 2021 à l’adresse asso.adhoc@gmail.com.

Le document, en format PDF, devra contenir les informations suivantes :
   – nom, prénom, adresse mail, année de thèse et laboratoire ;
   – courte notice biographique ;
   – titre de la thèse et nom du.de la directeur·trice de thèse ;
   – titre provisoire de la communication ;
   – résumé de la communication.


Le document, d’une page maximum, sera examiné par les organisatrices de la journée.


Bien cordialement,

Martina Gazzola et Gladys Maria Pina Betancourt pour Ad Hoc

Lettre d’Ad Hoc à l’Hcéres

Texte co-écrit par un groupe de membres actifs volontaires de l’association, puis lu à plusieurs voix lors du huis-clos réservé aux doctorant·es et post-doctorant·es dans le cadre de la visite d’évaluation HCERES du Cellam le mardi 10 mai 2021 à 13h30, sur Zoom.

Mesdames et messieurs les membres de la commission d’évaluation HCERES, chèr·es collègues,

Au cours de cette prise de parole accordée aux doctorantes et doctorants du Cellam, nous souhaitons exprimer nos convictions actuelles, à la suite d’une concertation commune au sein de l’association Ad hoc.

Notre présence ici est plus ou moins forcée. Plutôt plus que moins. Comme vous le savez, tout le Cellam, nous compris, avait décidé il y a quelques mois de retenir le dossier HCERES, en opposition à la LPR. En opposition aux logiques délétères et contre-productives de précarisation à l’université mais aussi d’évaluation bureaucratique des différentes composantes de l’enseignement supérieur, ou encore de mise en compétition tout aussi contre-productive entre tous les chercheurs et chercheuses. 

Et ce au service d’un primat du temps court sur le temps long de la recherche, de la quantité sur la qualité, qui ne peuvent qu’induire une compétition malsaine entre chercheurs et nuire à la qualité du travail de recherche et d’enseignement, et par conséquent à la formation des étudiantes et étudiants. On sait combien le risque de voir paraître des travaux médiocres, ou pire, plagiés ou autoplagiés, est grand, lorsque règne l’injonction productiviste. Ceci est aux antipodes de notre conception de la recherche. La systématisation des recrutements sur CDD ou CDI « de chantier », le remplacement des postes de Maîtres de Conférences par des tenure tracks, l’augmentation en vue du recours aux enseignants vacataires et précaires, la substitution de toute revalorisation des traitements par un système de primes non pérennes délivrées à la discrétion des présidents d’université, rien de tout cela ne nous semble porteur, ni pour les étudiantes et étudiants des cohortes actuelles et à venir, ni à nous, doctorantes et doctorants, souvent précaires ou majoritairement appelé·es à l’être prochainement. 

Or l’HCERES a soumis le Cellam et ses membres à un chantage. Alors que nous découvrions progressivement, toujours dans un contexte de réductions des dotations pérennes, qu’un nombre grandissant de demandes de financements seraient désormais soumises à l’obtention d’une (bonne) évaluation HCERES, nous n’avons pas eu d’autres choix que de revenir collectivement sur notre décision de retenir le dossier que nous vous présentons aujourd’hui. Pour éviter de voir notre outil de travail, déjà sous-financé, encore plus fragilisé, nous avons donc choisi de venir parler du laboratoire de recherche qui nous accueille et de le défendre, car c’est une chance et une fierté de commencer notre carrière universitaire dans un tel cadre.

Car le Cellam soutient activement les initiatives doctorantes et nous offre un véritable espace de parole, notamment grâce aux échanges réguliers entre la direction du département et nos représentant·es, mais aussi, plus largement, en soumettant au vote les grandes décisions concernant la vie du laboratoire. Sur le plan scientifique, cette équipe favorise le dialogue et la collaboration entre doctorant·es et titulaires. Elle créé des synergies avec les différentes instances de l’université et notamment l’école doctorale pour proposer des séminaires. Enfin, comme vous avez pu le constater dans le bilan et au cours de la session plénière ce matin, elle développe des activités scientifiques communes aux membres permanents et aux jeunes chercheurs, comme le workshop Bohèmes ou le festival Transversales. En somme, les doctorants et doctorantes du Cellam peuvent véritablement s’investir dans la vie d’un laboratoire qui les respecte et les valorise, qui les aide à mener leurs projets à bien, et dont ils et elles peuvent être pleinement solidaires. Nous vous remercions pour votre attention.

Journée des doctorant•es 2020

C’est avec une immense joie que nous diffusons le programme de la Journée des Doctorant•es (JDD) 2020 ! (Organisée par Federica Butto, Zelda Chesneau, Marianne Di Benedetto et moi-même)

Après réception des propositions de communication Marianne Di Benedetto a composé le programme suivant et Norela Feraru a créé son affiche suivante où nous sommes très heureux que figurent les nouveaux logos d’Ad hoc et du Cellam dessinés par notre collègue Norela.

Nous vous donnons donc rendez-vous le mercredi 4 novembre prochain à 10h en salle O304 (bâtiment du Tambour) puis à 13h30 dans l’amphi E1 pour parler pêle-mêle de littérature jeunesse et médiévale, de traduction d’auteur, de théâtre jeunesse, classique et lyrique puis, dans une table ronde conclusive, de l’intégration des doctorants dans le milieu de la recherche.
Cette Journée d’étude des doctorants et jeunes chercheurs du Cellam est ouverte à tous, et notamment aux mastérant•es intéressé•es par le doctorat et la thèse qui pourront écouter, observer, échanger et dialoguer avec leurs collègues doctorant•es.
À noter qu’à l’attention des mêmes mastérant•es cette journée d’étude est couplée avec la traditionnelle formation annuelle de Joelle Bisson sur les financements de thèse organisée par Ad hoc, qui aura lieu cette année le jeudi 12 novembredans l’amphi A4 de 16h30 à 18h30.

Motion de l’association adhoc

À quoi servent les lettres et les arts ? Leur fonction doit être essentielle dans un pays rythmé chaque année par la rentrée et les prix littéraires, les Journées du patrimoine, le Printemps des poètes, la Fête de la musique ou les festivals d’Avignon, d’Aix et d’Angoulême. Leur place doit être cruciale dans une économie où la culture emploie deux pour cent des actifs et pèse deux pour cent du produit intérieur brut, soit trois à quatre fois plus que l’automobile ou l’aéronautique. Dans une société où art et littérature représentent à la fois un instrument de rayonnement et d’attractivité international, un creuset de la communauté linguistique et culturelle française ainsi qu’un outil d’émancipation individuelle, leur importance doit être primordiale.

Pourtant les quatre cent cinquante pages de rapport de préparation de la Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR) visant à réorganiser le secteur de la recherche et de l’enseignement supérieur pour les années à venir consacrent seulement deux paragraphes et trois mentions aux Sciences Humaines et Sociales… sans jamais mentionner les Lettres et Arts, un domaine de recherche qui a pourtant vocation à former des professeur.es du primaire, les enseignant.es de langues, de français et d’arts du secondaire ainsi que les travailleur.euses et administrateur.rices de la culture.Déjà miné par la précarité, le manque de postes et des salaires dévalués, l’enseignement supérieur des Lettres et des Arts, tout comme celui des Sciences Humaines et Sociales, deviendrait dans ce contexte une zone à défendre.

Nous, doctorantes et doctorants du Centre d’Étude des Langues et Littératures Anciennes et Modernes de l’Université Rennes 2 (CELLAM) et membres de l’association de jeunes chercheur.ses Ad Hoc, dénonçons collectivement les projets de réformes en préparation concernant nos retraites, nos universités, le CAPES ainsi que l’assurance-chômage, et la vaste entreprise de casse du service public que le gouvernement poursuit à travers elles. Nous exprimons, de concert avec les autres membres de notre unité d’accueil (cf. motion du CELLAM ci-joint votée collectivement le 13 février), notre très vive inquiétude concernant la dévalorisation et la précarisation grandissantes des métiers auxquels nous nous destinons, ainsi que le sous-financement chronique des universités.

En tant qu’association de non-titulaires de l’enseignement supérieur et de la recherche, souvent précaires ou majoritairement appelé.es à l’être un jour prochain, nous voulons dire notre colère face aux perspectives d’avenir proposées par le Ministère de Frédérique Vidal, ainsi que par la mise en place d’un système de retraites par points. La systématisation des recrutements sur CDD ou CDI « de chantier », le remplacement des postes de Maîtres de Conférence par des tenure tracks temporaires, l’augmentation en vue du recours aux enseignants vacataires et précaires, la substitution de toute revalorisation des traitements par un système de primes non pérennes délivrées à la discrétion des présidents d’Université favorisent une mise en concurrence largement accrue des enseignant.es-chercheur.ses.

Contre la généralisation de l’évaluation et de la compétition « darwinienne » (pour reprendre les propos d’Antoine Petit, « PDG » du CNRS) dans la recherche française, contre l’augmentation de la précarisation et de la pression qui pèsent sur les personnels de notre institution, nous affirmons notre très fort attachement à la liberté académique et à la diversité de nos sujets de recherche, et réclamons, pour les défendre véritablement, une augmentation des emplois stables et des revalorisations salariales, ainsi qu’une prise en considération réelle des spécificités de la recherche en Lettres et Sciences Humaines, irréductibles à l’organisation des Sciences Exactes et Expérimentales.

Dans un État social, une recherche et un enseignement supérieur au service des citoyens qui le financent par leur travail et leurs contributions est possible, même en Lettres et Arts.

En signe de protestation, nous avons voté à l’unanimité en assemblée générale jeudi 13 février 2020 :

  • la mise en grève de notre revue Ad Hoc, à l’heure où devrait paraître le n°8 « Le Fantôme ». Nous rejoignons ainsi le collectif de plus de 130 revues de LSH mobilisées à ce jour contre ces réformes délétères (https://twitter.com/RevuesEnLutte).
  • l’arrêt de nos activités le 5 mars (« L’université et la recherche s’arrêtent ») et la participation active aux actions de mobilisation organisées à Rennes
  • l’envoi d’au moins deux de nos représentant.es à la 2e Coordination nationale des Facs et Labos en luttequi aura lieu en région parisienne les 6 et 7 mars prochains.
  • la participation à la « semaine ouverte »prévue à Rennes 2 entre le 23 mars et le 27 mars

Enfin, nous vous invitons à lire les publications suivantes : 

SÉMINAIRE DOCTORAL « LE FANTÔME » – “Au-delà du fantôme, la spectralité : formes et usages d’un thème littéraire”

Le vendredi 17 janvier 2020 à 14H00 en salle B 332, dans le cadre du séminaire doctoral d’Ad Hoc consacré au “Fantôme”, nous aurons le plaisir d’accueillir Stéfano Lazzarin (maître de conférences en littérature italienne à l’Université de Saint-Étienne). Il nous présentera notamment ses travaux autour d’un ouvrage qu’il a co-dirigé avec Ezio Puglia, Massimo Fusillo et Angelo M. Mangini : Ritorni spettrali. Storie e teorie della spettralità senza fantasmi (Il Mulino, 2018). 

Au plaisir de vous y retrouver nombreuses et nombreux !

SÉMINAIRE DOCTORAL – Séance 3 avec timothée picard

Le jeudi 26 septembre à 14h en salle Recherche (bât. B), dans le cadre du séminaire doctoral d’Ad Hoc dédié au “Fantôme”, nous aurons le plaisir d’accueillir Timothée Picard, auteur de La Civilisation de l’opéra. Sur les traces d’un fantôme (2016), et professeur de littératures comparées à Rennes 2. Nous parlerons du mythe littéraire et artistique né du Fantôme de l’opéra de Gaston Leroux (1910), roman lui-même hanté par le XIXe siècle et qui jouit d’une riche postérité depuis plus d’un siècle, ainsi que de la fécondité de l’image du fantôme pour interpréter la place de l’opéra dans notre culture. Nous vous attendons nombreuses et nombreux !

Voix d’un texte avec Jean-Benoît Puech

Le mercredi 22 mai à 14h aura lieu en salle recherche une nouvelle séance du séminaire « Faux et auctorialité dans la fiction contemporaine » dédiée à la mise en exposition de l’auteur supposé. À cette occasion, nous avons le plaisir de recevoir l’écrivain Jean-Benoît Puech.

La rencontre se prolongera à partir de 17h à la BU centrale (espace actualités) dans le cadre d’une Voix d’un texte animée par Charline Pluvinet et les étudiantes du master LGC : Flora Diraison, Pauline Guémas et Oriane Guiziou-Lamour.

Pour l’occasion, nous vous réservons quelques surprises ; une exposition mettra en lumière quelques auteurs injustement méconnus.

Venez nombreuses et nombreux découvrir Benjamin Jordane, Yves Savigny, Naël Togor, Louise Landrin, Victoire Maracazre et cie.