Archives par mot-clé : notes sans texte

Nouveau numéro d’Ad Hoc : L’Original absent

 

Le dernier numéro de la revue est disponible. Exceptionnellement, il comporte deux volumes. Le premier s’attache à l’étude théorique de la notion éponyme, le second constitue les actes de la journée d’étude de juin 2017 associée à la parution du n°6 : “L’original absent. Exhumation et reproduction des corps dans la littérature contemporaine”.

 

Comité scientifique : Ricardo Bedoya Forno, Flavia Bujor, Loïse Lelevé

 

Résumés des articles

 

Volume 1 – Absence de l’original, productivité de la copie

 

Introduction au volume 1 : Absence de l’original, productivité de la copie

 

Ellen Delvallée, Le Recueil Jehan Marot – un manuscrit inachevé et perdu édité par Clément ?

Dans le recueil des œuvres de Jean Marot qui paraît de façon posthume en 1533, l’absence de certains de ses chefs d’œuvres et poèmes les plus célèbres ne manque pas de surprendre. Or son fils Clément, au seuil de cette édition, affirme n’avoir publié que ce que Jean lui-même avait recueilli de son vivant. Contrairement aux critiques marotiques qui ont lu dans ces propos une mise en scène fictive, nous proposons d’expliquer la composition du Recueil Jehan Marot d’après l’idée que le fils Marot aurait effectivement disposé d’un « livret » original créé par son père, aujourd’hui perdu. D’une part, la cohérence thématique, chronologique et générique des pièces réunies laisse penser que Jean préparait un manuscrit d’offrande à la reine Claude de France, qui n’aurait pas vu le jour pour différents motifs. D’autre part, un examen des aspects idéologiques ou esthétiques des innombrables réécritures entre les versions antérieures des poèmes du Recueil Jehan Marot et les leçons éditées par Clément suggère que c’est bien le père, et non le fils Marot, qui en est l’auteur.

Mariano D’Ambrosio, Quatre cas contemporains de notes sans texte – du texte absent au texte scriptible

L’article présente quatre cas contemporains de notes sans texte, un procédé littéraire par lequel un apparat de notes continue à commenter un texte qui est, quant à lui, absent. Apparu au cours du xviiie siècle en tant que parodie de l’érudition pédante et des excès des apparats critiques de notes, ce procédé a été réutilisé au cours des xxe et xxie siècles pour mobiliser des thématiques plus variées. À travers l’analyse de L’Interdit, de Gérard Wajcman (1986), de Banlieue, de Paul Fournel (1990),de The Body: An Essay, de Jenny Boully (2002), et d’Ibid: A life, de Mark Dunn (2004), on proposera quelques réflexions au sujet de cet effacement du texte à la faveur du discours liminaire en bas de page : quels sont les questionnements que cette tension entre absence et présence, entre le blanc du texte et le bruissement des notes, peut susciter ?

Mots-clés: annotation, notes, écriture fragmentaire, absence, blanc, page blanche, notes sans texte, paratexte, Paul Fournel, Gérard Wajcman, Mark Dunn, Jenny Boully.

Rémy Arcemisbéhère, À la recherche du livre absent (Nerval, Poe et Lovecraft)

La recherche d’un livre manquant, absent ou perdu constitue un thème narratif privilégié des œuvres de Gérard de Nerval (Angélique), Edgar Allan Poe (La Lettre perdue et Gordon Pym) et Howard Philips Lovecraft (L’Horreur de Dunwich). Cette quête du livre original excède chez ces auteurs le cadre de la diégèse des textes qui la mettent en scène et structure leurs œuvres en profondeur : Lovecraft élabore une mystification autour de l’existence réelle de Necronomicon, la fin tronquée des Aventures de Gordon Pym nous invite à interroger les relations du récit et de son antécédent, enfin l’œuvre de Gérard de Nerval accumule les rêveries sur les bibliographies fictives et les bibliothèques originelles. Métonymique du travail de l’écrivain, la recherche d’un livre absent se confond avec celle du Livre : elle révèle des problèmes éditoriaux ou d’écriture (rapport à l’innommable, l’indicible, l’inconciliable). Plus encore, en octroyant à ce manque une forme narrative, la quête du livre perdu rend les œuvres nécessairement inauthentiques, les assimilant à des artéfacts littéraires qui ont fait le deuil de l’original.

Édouard Rolland, « La Fin de Paris ou La Révolte des Statues » de Marcel Sauvage [1932] – la statuaire vivante de la copie originale à l’original copié, ou la critique métaphysique de la société entre fiction et réalité

« La Fin de Paris ou La Révolte des Statues », fiction catastrophique écrite en 1932 par Marcel Sauvage (1895-1988) ayant obtenu le Prix Georges Courteline, narre une guerre aussi absurde que tragique entre les parisiens et leurs statues, ornant places, rues et monuments de la capitale. Ces œuvres de bronze et de pierre se réunissent et attaquent férocement les humains, reprochant aux Parisiens de se désintéresser d’elles (donc de leur passé) et de vivre dans un monde devenu déraisonnable (taylorisme, conflits, krakboursier, etc.).

Tantôt comique, tantôt dramatique, ce conte fantastique teinté d’une réelle critique de la société des années 1930, fait collaborer une centaine de réelles statues dans un parfait anachronisme, dans le cadre tout aussi réel d’un Paris parfois disparu. Mais au-delà du roman quasi documentaire, l’histoire aux portées métaphysiques et surréalistes pose des questions qui le sont tout autant, notamment au sujet des dualités entre copie et original, vie et mort, fiction et réalité, dont les enjeux sont étudiés dans cet article.

Barbara Roland, Au lieu de la performance, des « non-lieux » de la représentation ?

Depuis la fin des années cinquante, les avant-gardes émergentes sont à l’origine d’un bouleversement du modèle classique, dit poétique et/ou représentatif de l’art. Les pratiques et les théories de l’art (de la) performance, du théâtre, de l’événement performatif/postdramatique questionnent, voire renversent, les conceptions binaires et bipolaires de la représentation dramatique : de la performance et de la mimêsis aristotélicienne, qui consiste à faire croire en l’illusion de la représentation, sur le mode de la « dénégation », d’un « original absent » qu’elle rendrait présent. À partir du degré zéro de la représentation, cette recherche envisage quelques problématiques originales et innovantes de ses fonctions. Des qualités autoréférentielles et rhizomatiques des événements contemporains et d’une transition du modèle représentationnel structuré par la mimêsis au modèle performationnel et de sa magnetis, au niveau plus ambigu de dénouement et de démystification des rapports entres présences et absences des sujets et des objets des performances et des représentations ; du clivage spectatoriel et des (non-)lieux de sa représentation aux lieux sensibles de traversées et de transformations intelligibles de ses modalités, l’adoption d’une posture trans-représentationnelle implémente les « non-lieux » de la représentation en lieux de (r-)évolution événementiel et pacifique de situations de co-présence.

 

 

Volume 2 – Exhumation et reproduction des corps dans la littérature contemporaine

 

Introduction au volume 2 : Exhumation et reproduction des corps dans la littérature contemporaine

 

Ricardo Bedoya Forno, Ceux qui restent – corps disparus et exigences de réparation dans Lost City Radio de Daniel Alarcón

Dystopie décrivant une société après une guerre civile dans un pays sud-américain fictif, Lost City Radio, premier roman de Daniel Alarcón, interroge les notions de dictature et de post-conflit en multipliant les allusions et les références au conflit interne péruvien (1980-2000), et place au centre de sa réflexion la figure du disparu, victime de violence politique dont le corps n’a jamais été retrouvé. Le disparu est étroitement lié à la violence politique du monde hispano-américain, que ce soit pendant la Guerre d’Espagne ou les juntes militaires du Cône Sud. Ici, il cristallise le délitement du lien social et l’impossibilité d’un deuil abouti dans un contexte politique autoritaire. Cet article essaiera de montrer comment l’incertitude radicale propre au sort du disparu devient une incarnation d’autres formes de mise au ban matérielles ou symboliques, et il interrogera la possibilité que la fiction et la mémoire deviennent, pour les proches des disparus, une forme de réparation symbolique.

Mots-clés : Conflit Armé Intérieur, Disparu, Littérature péruvienne, Post-conflit, Réparation, Violence politique.

Ariane Bessette, De la copie et de la « sérialité » des corps féminins chez Nelly Arcan

Cet article analyse la représentation du corps dans Putain de Nelly Arcan, où la schtroumpfette incarne des procédés discursifs et représentationnels sous-tendant la recherche d’un corps idéal et d’une corporéité originale. Dans un premier temps sera observé le processus mimétique par lequel les femmes modifient leur corps selon les besoins du marché, et qui mène la narratrice à la prostitution, aux chirurgies plastiques et à l’anorexie. Putain expose un phénomène de « sérialité » (Martine Delvaux) par lequel le corps de la femme s’efface derrière des figures cristallisant les désirs masculins, normalisées par leur inscription dans un cycle de copies et relevant de la marchandisation d’un corps vide et absent. Dans un second temps sera étudié le mouvement par lequel ces figures sérielles peuvent se déprendre du corps anonyme dans lequel elles s’imbriquent, comme l’expose la mise en discours « métatopique » (Daniel Castillo Durante) du corps de la schtroumpfette. Incarnation des standards de beauté féminine, la schtroumpfette se caractérise par une déconstruction des stéréotypes langagiers, sortes de copies évacuant toute authenticité du message. Dans l’agir des narratrices et l’écriture se développe un mouvement de construction/déconstruction qui se résout dans l’exposition des engrenages d’une machine défaillante venant invalider sa charge sexuelle et érotique, permettant au corps de (re)devenir original.

Marion Lata, Corps mortel et corps glorieux de l’auteur en fan fiction – une culture de l’avatar

La fan fiction, apparue dans les années 1960 et aujourd’hui très présente en ligne, est un type de réécriture marginalisé, aussi bien culturellement que légalement. Si on peut la définir comme une catégorie textuelle « sans auteur », elle reste fondée sur la réappropriation d’univers fictionnels appartenant à d’autres, et représente ainsi un lieu de tensions. Elle s’ancre de plus dans un contexte numérique « dématérialisé » où la question du corps de l’auteur va se poser avec acuité. Ce corps, tel qu’il est symboliquement conçu par la tradition littéraire, est toujours un corps masculin, garant du « droit de paternité » du créateur sur son œuvre. Par contraste, la fan fiction est identifiée comme une pratique avant tout féminine, célébrant des valeurs rejetée par le milieu littéraire institutionnel. En exploitant les ressources de l’écriture en ligne, les fans sont amenées à remanier via la fiction ce corps auctorial encombrant, afin d’affaiblir son autorité sur l’œuvre. Retravaillé par la réécriture, il se fait plus fantomatique, se rapprochant des avatars, les persona construites par les fans au sein des communautés en ligne. Par ce biais, les productrices de fan fiction accèdent momentanément à une pseudo-auctorialité tenant de la performance et s’exerçant à l’échelle communautaire.

Mots-clés : fanfiction, auctorialité, littérature numérique

Loïse Lelevé, De la relique au vestige artificiel – le faussaire et le corps de l’artiste dans la littérature contemporaine

Dans la fiction postmoderne, le faux (faux tableau, faux vestige) représenté dans le récit viendrait créer une rupture entre spectateur et corps désormais perdu de l’artiste ou de l’auteur à l’origine de l’objet contemplé, parce que semble reconnue l’impossibilité de retrouver le geste originel de l’artiste, comme si toute authenticité devenait impossible. Le faux constituerait ainsi un outil efficace de parodie du dispositif reliquaire à travers lequel sont évaluées, valorisées et conservées les œuvres ; il serait à l’origine de représentations ironiques où le constat de la perte de corps avec lesquels le faux empêche de renouer tout contact débouche soit sur un travail de deuil impossible à mener et qui se solde par l’acceptation mélancolique de la solitude du contemplateur face au faux, soit sur une complicité ludique avec le lecteur dans la mise en avant d’une nécessaire distanciation d’avec les œuvres-reliques. Cependant, la littérature de l’extrême contemporain s’éloignerait, elle, de la logique de rupture ludique du lien de vénération par la mise en scène de corps à créer plutôt que recherchés, construits pour inciter ceux qui les trouvent à recréer à partir de la trace qu’ils constituent les corps qui les auraient produits. Le faux vestige reprend le fonctionnement de la relique, mais pour en faire un dispositif de création : l’objet retrouvé, censé avoir appartenu à un être dont on ne dispose pas de la dépouille, parce qu’il a été en contact avec ce corps, en présuppose l’existence passée et par là-même acte la possibilité d’un contact avec lui. Vestige artificiel, le faux ouvre donc la voie vers des modes de création qui fonctionnent comme autant de moyens de production de nouveaux originaux, paradoxalement authentiques.

Mots-clés : faussaire, relique, vestige, falsification, authenticité

Maxime Aillaud, « Chaque chose réelle existe plusieurs fois » – le corps, ce référent fuyant chez Pierre Michon

Le postulat michonien tel qu’il est exprimé dans Les Onze, suivant lequel « chaque chose réelle existe plusieurs fois », possède une valeur heuristique des plus remarquables quand on l’associe aux représentations des corps disparus – ou en voie de s’absenter – dans cette même œuvre et plus largement dans tous les écrits de cet auteur creusois. En effet, les corps existent aussi plusieurs fois. Nous nous proposons de montrer que les corps michoniens, s’ils semblent, dans une lecture immédiate, réactiver le mythe de la résurrection de la chair dans la topique du christianisme, sont surtout convoqués pour parasiter l’exercice herméneutique. Ce faisant, des propositions sont inventées qui s’éloignent des perceptions du corps vu comme une totalité, une unité indivisible, belle et effective, ouvrant au lecteur des univers possibles textuels qui ont quelque chose de deleuzien. L’enjeu michonien, selon nous, est de mettre en place des stratégies rhizomatiques, superposant plusieurs formes corporelles dont la réalité et la fiction s’échangent et se relancent éperdument.

Mots-clés : Pierre Michon, stratégie déceptive, hybridation, trucage, rhizome