Archives par mot-clé : Région Bretagne

Compte-rendu – FAD – Comment financer sa thèse ?


Vendredi 18 janvier, Joëlle Bisson a bien voulu nous expliquer toutes les modalités possibles pour financer sa thèse. Vous étiez très nombreux•euses et nous nous en réjouissons. Pour celles et ceux qui auraient manqué la séance, voici le compte-rendu, dans le quel vous trouverez toutes les informations utiles.

 

Les Formations d’Ad Hoc

 

Les Financements de thèse

 

Présentation de Joëlle Bisson – Vendredi 18 janvier 2019

 

Inscriptions en doctorat

 

Sont nécessaires pour pouvoir s’inscrire en doctorat : un diplôme de master 2 (avec mention assez bien au moins), un projet de thèse et l’accord d’un·e directeur·rice de thèse. L’inscription est indépendante du financement : elle peut se faire qu’il y en ait un ou non. On peut demander un doctorat à n’importe quel âge, même après un long hiatus dans ses études.

Les directeur·rice·s de thèse travaillent dans une unité de recherche rattachée à une école doctorale (ED). L’Université Bretagne Loire (UBL) abrite les différentes écoles doctorales rattachées à Rennes 2 et aux sites associés (Rennes 1, Brest, Angers, Le Mans, Nantes, Lorient). Le rattachement d’un·e futur·e doctorant·e à une unité de recherche et à une ED dépend du rattachement de son·sa directeur·trice de thèse. L’école doctorale Arts, Lettres, Langues (ALL) comprend 14 unités de recherche, dont, à Rennes 2 :

  • ACE, Anglophonie, Communautés, Écritures
  • APP, Arts : Pratiques et Poétiques
  • CELLAM, Centre d’Études des Langues Anciennes et Modernes
  • CRBC, Centre de Recherche Bretonne et Celtique
  • ERIMIT, Équipe de Recherche Interlangue : Mémoires, Identités, Territoires
  • HCA, Histoire et Critique des Arts
  • PTAC, Pratique et Théorie de l’Art Contemporain

 

Il faut une habilitation à diriger des recherches (HDR) pour pouvoir diriger des thèses. C’est le cas de tou·te·s les professeur·e·s des universités (PU) et des Maîtres de Conférences (MCF) habilité·e·s à diriger des recherches. Rennes 2 permet aux MCF non HDR d’avoir une autorisation d’encadrement : le·la MCF peut avoir un·e doctorant·e à temps plein et une co-direction, ou deux co-directions.

Pour candidater aux contrats doctoraux d’établissement, il faut avoir soutenu son mémoire de master à la première session de juin, et non à la session de septembre. Ce n’est pas le cas pour une candidature CIFRE.

Il est souhaitable de tenir compte des contraintes des encadrant·e·s : si l’encadrant·e souhaité·e a déjà un contrat doctoral en cours, il-elle peut ne pas être prioritaire pour en obtenir un deuxième.

Le doctorat nécessite de s’engager parallèlement sur deux voies, obligatoires pour tous : des travaux de recherche (un rapport d’activité vous sera demandé chaque année) ; et une professionnalisation : 100h de formation sont obligatoires pour valider le doctorat. On compte deux formations obligatoires : une à l’éthique de la recherche (obligatoire au niveau national), une de présentation de l’ED (obligatoire pour les doctorant·e·s ALL). Ces exigences concernent tou·te·s les doctorant·e·s, CIFRE ou non, avec des dérogations possibles pour les étudiant·e·s qui travaillent, mais pas pour la formation à l’éthique de la recherche. Toutes les formations de l’ED sont gratuites. Les colloques, articles universitaires, etc., donnent des équivalences d’heures de formation. Il n’y a pas de cours en doctorat à Rennes 2.

 

Types de contrats

 

A Rennes 2, on peut candidater à plusieurs types de contrat :

 

  • Les contrats ARED

Ce sont des contrats co-financés par la région Bretagne pour moitié (il est donc nécessaire de trouver un co-financeur pour la seconde moitié ; Rennes 2 propose 8 co-financements pour l’ensemble des projets toute l’ED confondue). Ils concernent uniquement des sujets liés à la Bretagne. Si le·la porteur·euse du projet (l’encadrant·e) a déjà obtenu une ARED, ille ne sera pas prioritaire.

Pour les ARED, il n’y a pas d’audition devant un jury : une fois le sujet retenu par la Région Bretagne, le·la directeur·rice de thèse propose un candidat sur la base d’un dossier, pas d’une audition.

On compte à ce jour 18 dossiers ARED déposés pour la campagne 2019, 4 avec co-financements extérieurs à l’université, et 14 avec demande de co-financement Rennes 2 : Rennes 2 n’en financera que 8 maximum. La sélection est le fait de la région, ce n’est pas Rennes 2 qui décide.

 

  • Les contrats doctoraux d’établissement

Ce sont des contrats entièrement financés sur le budget de l’Université. Il s’agit de contrats de travail de droit public, d’une durée de 3 ans, rémunérés 1400 euros net par mois. Ils procurent tous les avantages d’un contrat de travail : sécurité sociale, droits au chômage à l’issue du contrat, droit à la retraite. Les doctorant·e·s contractuel·le·s sont rémunéré·e·s en qualité de personnels de Rennes 2. Il est possible d’obtenir des missions supplémentaires, payées en sus (heures d’enseignement, missions de valorisation de la recherche, conseil en entreprise, etc.).

La procédure de candidature comporte deux étapes. Elle est commune pour l’ensemble des étudiant·e·s de Rennes 2 et dans les unités de recherche de l’ED ALL.

  1. En premier lieu, il faut déterminer un sujet de thèse, trouver un·e encadrant·e, et lui demander de porter la candidature de financement de votre projet de thèse. Les candidatures à des contrats ne sont pas personnelles, elles sont anonymisées Ce sont les directeur·rice·s de recherche qui font remonter les sujets à l’ED. Chaque unité de recherche dispose d’un quota de projets, qu’elle fait remonter à l’ED et qui sont publiés par les encadrant·e·s sur le site Thèses en Bretagne Loire. Dans la mesure où les sujets ne sont pas personnels, tout·e étudiant·e peut poser une candidature sur tout sujet sur le site. Le sujet n’appartient donc pas au candidat, il est considéré comme proposé par un·e directeur·rice de recherche. Cela signifie qu’un·e directeur·rice de recherche peut déposer un sujet de son choix et sélectionner dans un second temps un·e candidat·e pour le traiter. Toutefois, si c’est un·e étudiant·e qui est à l’origine du sujet, l’encadrant·e s’engage moralement à retenir sa candidature.
  2. Si le sujet est sélectionné, le·la candidat·e retenu·e par l’encadrant·e est invité·e à passer une audition. Elle se compose de 10 minutes de présentation du sujet, et 10 minutes de question par le jury. Il s’agit d’un jury de 7 personnes, membres de l’école doctorale, sélectionnées en conseil de l’ED, dont le directeur de l’ED (P.-H. Frangne pour ALL), les directeur·rice·s de site de l’ED, des chercheur·e·s, un·e représentant·e du monde socio-économique, un·e représentant·e des doctorant·e·s. Ce ne sont pas forcément des membres de l’UFR auquel on veut appartenir : il faut dont être général et pédagogue dans sa présentation. Les candidats sont entraîné·e·s à l’audition par les équipes de recherche.

 

L’Université Rennes 2 ne dispose que de 12 financements pour des contrats, projets ARED inclus. Toutes les filières ont la même chance de financement (qui dépend du sujet, du·de la porteur·euse de projet, et du parcours du·de la doctorant·e et de sa prestation orale).

 

  • Les contrats CIFRE

Il s’agit des conventions CIFRE, les Conventions Industrielles de Formation par la Recherche. Alors que le contrat doctoral est un contrat de droit public (l’employeur est l’université), dans le cas des CIFRE, c’est à l’étudiant·e de démarcher des financeurs qui montent ensuite un dossier auprès de l’Association Nationale de la Recherche et de la Techonlogie (ANRT). L’étudiant·e est alors salarié·e de ce financeur. Les financeurs peuvent être des associations, des fondations, des entreprises de droit privé, des collectivités territoriales. La démarche de candidature incombe directement à l’étudiant·e, en accord avec son encadrant·e.

Les CIFRE obéissent à des conditions particulières, de date d’obtention de diplôme notamment. Il faut que l’expérience que le·la candidat·e connaît dans la structure qui finance la CIFRE soit la première expérience significative qu’ille a eu dans le domaine.

Les candidat·e·s à une CIFRE disposent d’un soutien important dans leurs démarches au sein de la Direction Recherche et Valorisation (DRV) de l’université.

Les CIFRE peuvent concerner toutes les disciplines, y compris en sciences humaines.

 

  • Les contrats réservés aux personnes en situation de handicap

Ce sont des contrats qui font l’objet d’un appel à candidature spécifique. Ils sont réservés aux personnes qui bénéficient d’une reconnaissance handicap. On en compte 25 pour toute la France, proposés par le ministère, mais cette fois le sujet est personnel : il n’y a donc pas de concurrence au sein de l’établissement entre candidat·e·s sur un même projet.

 

Toutes ED confondues, on compte environ 100 nouveaux·elles doctorant·e·s par an à R2, dont 40 en ALL.

On peut demander un contrat doctoral dans une autre université ; c’est le·la directeur·rice de thèse qui conditionne tout : le choix de l’université, le choix de l’unité de recherche, etc. Pour Nantes, Angers, Le Mans, Brest, et Rennes, les candidatures obéissent aux mêmes procédures, mais sinon chaque université a son propre processus (ici, audition et classement des projets).

 

Co-directions et co-tutelles

 

Co-direction : un·e directeur·rice accepte de vous co-diriger sans que vous soyez inscrit·e dans son établissement : vous bénéficiez seulement de son encadrement dans l’université où vous n’êtes pas inscrit·e, et de conditions d’études normales dans votre université d’inscription.

Co-tutelle : vous bénéficiez d’une double inscription dans une université française et une université étrangère, êtes tenu·e d’effectuer des séjours dans chaque pays, vous obtenez un diplôme de chaque université, mais en ne passant qu’une soutenance unique. Le paiement des frais d’inscription se fait chaque année une seule fois, ici ou à l’étranger (vous ne payez pas vos deux inscriptions). Attention, les pays anglo-saxons exigent que les droits d’inscriptions soient payés dans leurs universités et non en France, et les droits sont souvent très importants. On compte de nombreuses co-tutelles entre le Canada et Rennes 2, en revanche.

R2 accepte de signer les co-tutelles pendant les deux premières années d’inscription à Rennes 2, mais les exigences des universités partenaires peuvent varier. De même, les exigences d’organisation en général de la scolarité du·de la doctorant·e peuvent varier selon les universités partenaires. En 10 ans, 150 co-tutelles ont été signées à Rennes 2. Il n’y a pas de calendrier spécifique pour les co-tutelles : l’étudiant·e doit choisir l’université dans laquelle ille remplit sa convention, puis la transmet à la seconde université.

Il n’y a pas de financement particulier prévu pour les co-tutelles. L’ED propose des aides à la mobilité, comme l’UBL et Rennes-métropole (avec des appels deux fois par an, pour des périodes de trois à six mois. Statistiquement, on constate qu’un dossier par ED est retenu à chaque fois, soit 2-3 dossiers par an par ED max). Il faut donc réfléchir aux modalités de financement des terrains à l’étranger, en co-tutelle ou non.

 

Calendrier

 

Pour les ARED, la procédure est désormais close, mais un sujet qui aurait pu être proposé pour les ARED peut être représenté en mars pour les contrats doctoraux.

 

Pour les contrats d’établissement, le prochain appel à candidatures sera lancé début mars, pour un retour des sujets à la mi-avril. C’est donc dès à présent que les candidat·e·s doivent déterminer un sujet et contacter un·e directeur·rice. Attention, certaines équipes de recherche mettent en place une pré-sélection quand elles ont trop de candidatures avant de proposer leur quota de projets à l’ED.

 

Pour les CIFRE, la date de l’inscription en doctorat et la date de début de la CIFRE peuvent ne pas coïncider.

 

Pour les inscriptions en doctorat sans financement, le calendrier est différent : début de la procédure en juin, avec l’accord du·de la directeur·rice de thèse, retour du dossier d’admission en septembre , examen par le conseil de l’ED du dossier en octobre. 3 réponses sont possibles : acception, demande de précisions, refus motivé (rare).

 

Et sans contrat / et à la fin du contrat ?

 

75% des doctorant·e·s de Rennes 2 ne bénéficient pas d’un financement direct de thèse. Il n’y a plus de bourse du CROUS pour pallier le faible nombre des contrats. Il est donc nécessaire de réfléchir à la manière dont on finance les 3 à 6 ans de doctorat. Souvent, une telle situation génère des thèses plus longues et parfois des abandons.

Dans la réglementation, un doctorat dure trois ans à temps complet, jusqu’à six ans quand on travaille (exceptionnellement, une 7eannée peut être accordée sur dérogation) ; dans les faits, un doctorat quelle que soit la situation de l’étudiant·e dure en moyenne 5 ans environ.

Un nombre important de doctorant·e·s donne des cours à la fac, par le biais de Rennes 2 ou d’une autre université. On peut être inscrit·e dans une université, et enseigner dans une autre, y compris à l’étranger. On peut enseigner 64h par an au maximum dans le cadre du contrat doctoral, avec un complément de salaire (env. 250 euros) ; et 96 heures dans l’année dans le cadre d’une vacation (payée 40 euros de l’heure) : dans ce cas, on est Agent Temporaire Vacataire (ATV).

Le·la doctorant·e qui n’a plus de financement ou n’est pas financé peut également demander un poste d’ATER (Attaché·e Temporaire d’Enseignement et de Recherche), soit un poste d’agent non-titulaire, payé au même niveau qu’un contrat doctoral, pour 192 heures d’enseignement par an. Les postes d’ATER sont réservés en principe à des doctorants en fin de thèse : le·la directeur·rice de thèse affirme par une attestation que ce sera la dernière année d’inscription du·de la candidat·e ; mais en pratique les choses peuvent être un peu différentes.

Pour devenir MCF, il faudra avoir fait pendant le parcours de doctorat de l’enseignement. Une fois le doctorat obtenu, on passe un concours de qualification : un dossier déposé au ministère qui, une fois la qualification obtenue, permet de postuler sur des postes de MCF proposés dans des universités et de passer des entretiens.

De nombreux doctorants non-financés sont dans l’enseignement secondaire, en France ou ailleurs.

A l’issue des trois ans, on peut donc demander un poste d’ATER, essayer de trouver un emploi, percevoir le chômage (comme dans le cadre d’une fin de contrat de travail).

Il y a très peu d’autorisation de cumul pour un contrat doctoral.

 

L’université réalise une enquête à un et trois ans sur l’insertion doctorale. Les résultats sont bons, mais 75% des étudiants étant non-financés, illes conservent parfois leur emploi (il faut donc nuancer les résultats de l’enquête).

 

Les étudiant·e·s sont invité·e·s à s’adresser à Joëlle Bisson à la DRV pour toutes questions avant une inscription liée à un doctorat, et à suivre la liste master.info qui diffuse les informations pertinentes.